Les smartphones nous transforment-ils les mains ?

Les smartphones et les nouvelles technologies en général sont devenus nos alliés du quotidien, voire une petite partie de nous-même. Ces outils touchent de plus en plus de générations. On entend fréquemment parler d’addiction quand on parle de téléphone. Mais selon deux études, ils pourraient aussi déformer les mains de ceux qui l’utilisent et en particulier celles des jeunes…

Quelques chiffres…

 

Car oui, le smartphone ne provoque pas de danger immédiat pour notre paume, mais bien pour notre pouce et notre auriculaire, qui ne sont pas faits pour recevoir un objet comme celui-ci aussi souvent entre nos doigts. Selon une étude britannique menée par O2, l’un des principaux fournisseurs de services de télécommunications au Royaume-Uni, 5% des 2000 personnes interrogées auraient un pouce déformé à cause du smartphone

De plus, selon cette même étude, les personnes concernées passeraient deux heures par jour à utiliser leur smartphone… L’addiction à cette technologie est également forte, bien que subtile : 19% des personnes ne pourraient pas se passer du smartphone pendant la journée et 20% ont admis s’être déjà endormis avec l’outil dans la main. Celle-ci s’adapte alors à ce changement : le pouce le plus souvent utilisé peut devenir jusqu’à 15% plus gros et 8% des britanniques auraient développé un creux au niveau de l'auriculaire à cause d’une position prolongée du téléphone dans la main.

Selon une seconde étude américaine menée par deux spécialistes de la santé (psychologue et neurologue), publiée dans Psychology Today, un utilisateur débloquerait son téléphone en moyenne 50 fois par jour… Des gestes répétés qui ont donc une conséquence non négligeable sur la main.

 

Une transformation durable de la main et des doigts

 

Ces nouvelles habitudes prises par notre société ont donc pour effet de modifier notre structure de la main. Si les tissus mous ne sont pas inquiétés par ces smartphones (car malléables), ce sont les gestes des doigts et la tenue du téléphone sur les zones extérieures de la main et le coude (qui n’est pas adapté pour être replié fréquemment) qui sont problématiques. Ces zones n’étant pas faites pour la tenue d’objets de façon répétée, elles en sont donc affectées.

Cependant toutes ces données sont à prendre avec des pincettes, car la recherche manque clairement de données épidémiologiques. D’autres facteurs peuvent également être la cause de ces modifications anatomiques (comme le fait de rester devant la télévision, un ordinateur, le manque d’activité physique…). L’utilisation de plus en plus élevée des smartphones est néanmoins à surveiller et pourrait constituer un facteur de risque à long terme pour ses usagers.

 

VL

 

Photo by Joseph Akbrud on Unsplash, edited by i-Share

 

Sources :