Handicap et études supérieures : quels enjeux ?

En 2018, en France, 2,6 millions de Français se sont inscrits dans un établissement d’enseignement supérieur. Parmi eux, de nombreux étudiants en situation de handicap (25 000 en 2017), bien qu’accompagnés, doivent généralement s’accrocher plus que les autres. Leur parcours universitaire devient donc long et incertain… La faute à quoi ?

Un accompagnement efficace…

 

En France, depuis la loi de 2005 pour l’égalité des droits et des chances concernant les personnes en situation de handicap, chaque établissement d’enseignement supérieur se doit de posséder une cellule dédiée au handicap. Elles sont créées afin d’accompagner les étudiants concernés dans leur scolarité tout au long de leur présence dans l’établissement.

 

L’accompagnement est variable en fonction du dossier médical et des besoins des étudiants et peut prendre la forme de prises de notes, de temps supplémentaire pour certains examens, d’aide financière pour les équipements scolaires, de places de parking proches de l’entrée…

 

Certains étudiants dispensés d’assiduité peuvent quand même avoir accès aux cours grâce aux nouvelles plateformes numériques et peuvent donc se concentrer sur le développement de leur autonomie face au travail, qu’ils réalisent à leur rythme. Un accompagnement qui se révèle donc présent mais qui peine encore à combler tous les besoins spécifiques de ces étudiants.

 

…mais une pédagogie encore inadaptée

 

Cependant, malgré un accompagnement efficace et adapté dans sa globalité, celui-ci ne résout malheureusement pas tous les problèmes. Le contexte dans lequel évolue l’étudiant en situation de handicap ainsi que l’adaptabilité de la pédagogie à chaque handicap demeurent encore des composantes primordiales à la réussite de celui-ci.

 

En effet, la pédagogie adoptée dans la plupart des établissements d’enseignement supérieur est encore trop inadaptée à la présence d’étudiants présentant certains besoins spécifiques. Malgré certains efforts fournis par les universités, les infrastructures, les cours, les supports scolaires et l’adaptabilité des établissements ne sont pas ou sont mal aménagés.

 

Selon Stéphane Forgeron, administrateur de l’Association pour l’insertion sociale et professionnelle des personnes handicapées, « les professeurs d’université ne sont pas formés à des formats pédagogiques appropriés, et n’y sont pas contraints. », ce qui tend à bloquer l’accès et la progression des étudiants dans les études supérieures.

 

De plus, le contexte dans lequel évolue ces étudiants est capital. Il n’est jamais évident pour une personne de s’intégrer dans la vie étudiante (cela s’applique encore plus pour un étudiant en situation de handicap). En fonction de l’invalidité, développer une vie sociale peut s’avérer compliqué et nécessite des ajustements et du temps.

 

Une personne bien insérée dans son campus, convenablement entourée et disposant d’un accompagnement et d’une pédagogie adaptés aura toutes ses chances et pourra préparer son diplôme le plus sereinement possible. Il reste encore du chemin à parcourir dans l’accompagnement des étudiants en situation de handicap afin qu’ils disposent des mêmes chances que les autres, même si on s’en rapproche de plus en plus au fil des années.

 

VL

 

Photo by Yomex Owo on Unsplash

 

Sources :