Fin de la PACES, comment ça marche maintenant ?

Parcours Sup a ouvert il y a quelques jours. Il est temps pour ceux qui souhaitent s’orienter en PACES de s’inscrire. Pourtant, la PACES ça n’existe plus.

Désormais, deux parcours sont envisageables pour accéder aux études de santé : par le PASS (Parcours spécifique de santé) ou par la L.AS (Licence avec accès santé). L’objectif est de “mieux former, mieux orienter et mieux insérer les futurs professionnels de la santé”.

Le PASS

Pour le PASS, les étudiants auront un tronc dominant de cours de santé, agrémenté d’une option qui correspond à une licence de l’université (droit, économie, lettre, langues..). A la fin de la première année, ils choisissent leurs vœux de spécialité entre médecine, maïeutique, odontologie, pharmacie et (nouveauté !)  kinésithérapie. C’est une demande qui est examinée sur dossier. Si les notes ne sont pas suffisantes, il faut passer un oral devant un jury. Mais attention : il n’est plus possible de redoubler !

La L.A.S

Les étudiants qui auront choisi la L.A.S suivront une majeure de leur choix (lettres, droit ou économie) ainsi qu’une mineure “option santé”. S’ils ont validé leurs crédits ECTS, ils peuvent candidater pour une passerelle spécialité MMOPK (Medecine Maieutique, Ondontolie, Pharmacie, Kinésithérapie) de leur choix. Par contre, il n’est pas possible de redoubler ou de retenter sa chance plus tard dans le cursus universitaire. 

La “petite PACES” : dispositif mis en œuvre pour les redoublants de l’année 2020

Les étudiants qui redoublent en 2020 accèdent directement à la petite PACES. Elle est similaire au PASS et contient un numerus clausus spécifique aux redoublants. Une autre option est possible pour les doublants : vous pouvez vous présenter deux fois aux épreuves d’admissibilité pour intégrer la deuxième année MMOPK. A partir de 2021, il ne sera plus possible de redoubler.

Pour résumer 

L’objectif de cette réforme est de ne pas générer de “gâchis humain”. En effet, le classement et les examens étant sélectifs, cela crée une “masse” d’étudiants en réorientation après une première ou deuxième année en étude de santé. La réforme permet de se réorienter plus facilement, en L1 ou L2 dans une filière choisie en option (lettres, langues, droit..) dès la première année. 

La capacité d’accueil des étudiants en première année de santé qui souhaitent accéder par Parcours Sup est de 46 000 places. Un chiffre similaire à l’année dernière. La réforme se met en place petit à petit dans toutes les universités françaises. 108 universités proposent déjà au moins un parcours d’accès aux études de santé. 378 universités proposent la L.A.S aux étudiants. 

Il est donc temps de faire son choix… Alors plutôt PASS ou L.A.S ? 

 

E.A

 

> Retrouvez le texte de loi du Journal Officiel : ici

 

sources :

 

crédits images : 

  • Pixabay / images libres de droit